Publicité – Nous croyons en leurs valeurs

Bannière Aurore Market

Mon potager d’été – Saison 2018

Écrit le 3 octobre 2018 par Fabien


Fraises potager permaculture

Pour la 2nd année consécutive, je me suis lancé dans la réalisation de mon jardin en essayant de me rapprocher le plus possible de la permaculture. Pour rappel cela consiste, en résumé, à s’inspirer de la nature.

Bien que j’en sois encore qu’à mes débuts et que je n’ai pas pour objectif de me restreindre à la permaculture, voici quelques principes de base que je tente de respecter :
– On ne retourne pas la terre
– On ne laisse jamais un sol à nu
– On n’utilise aucun produit chimique
– On favorise les prédateurs naturels

Il existe de nombreuses techniques de culture en permaculture, comme la culture en lasagne ou la culture en butte. Globalement jardiner en permaculture n’a rien de compliqué, bien au contraire, étant donné que l’on laisse la nature faire son travail. En effet, elle ne nous à pas attendu pour fournir des fruits et légumes !

Je parlerai dans mes articles de « potager au naturel ».

Cependant tout n’a pas été un succès et c’est pourquoi je vous propose mon point de vue sur le sujet en vous parlant, pour commencer, des semis !

Les semis

Cette année je souhaitais acheter le moins de plants possibles en jardinerie et réaliser mes propres semis, non pas pour une question de coûts mais de qualités. En effet, l’achat direct de graines offre un plus large choix de variétés et permet d’exclure toutes les variétés F1 que l’on retrouve principalement en jardinerie.

Pour rappel, les variétés F1 sont les premières générations de variétés sélectionnées pour certaines de leurs qualités (gustative, précocité, résistance…) tout en vous offrant une récolte homogène que ce soit en termes de délais (tous les fruits arriveront en même temps), de formes ou de goûts. Finis les surprises ! Gros points négatifs, les graines de ces variétés ne bénéficieront pas de toutes les qualités du plant mère. Ainsi si vous souhaitez réutiliser vos graines d’une année sur l’autre vous risquerez d’avoir une récolte moindre ou des fruits très loin de la variété d’origine (en termes de goût et/ou de forme).

Semi d'été Potager Naturel

 

J’ai donc cette année fait le choix d’acheter des graines, en majorité, sur internet. Il existe un (très) grand nombre de sites qui en propose avec derrières des statuts bien différents (entreprise, associations, groupement d’agriculteurs…).

Voici une sélection des sites qui me paraissent les plus intéressants, de part la qualité des semis (Bio) et leur origine (France) :

  • Kokopeli (sans doute le plus connu)
  • La ferme de Saint Marthe
  • Biau Germe (je commande en général sur ce site)
  • Germinances
  • La bonne graine

J’ai globalement eu de beaux résultats cette année puisque la majorité de mes semis sont sortis. Seuls mes semis de carottes ont été très peu rentables et ont tardé à sortir.

L’absence de serre a également rendu difficile la gestion de mes semis en godets…

Le paillage

Comme indiqué précédemment, un sol ne doit jamais rester à nu, il faut donc le pailler ou le « mulcher ». De nombreux matériaux peuvent servir comme de la tonte de gazon, de la paille, des feuilles séchées, du RBF… Le paillage sert principalement, l’été, à garder l’humidité dans le sol et donc à limiter son évaporation mais cela favorise également la présence d’insectes. L’hiver il protégera le sol et donc la plante du froid et du gel.

Comme beaucoup de monde, j’ai donc paillé mon potager juste après avoir commencé les semis en laissant tout juste de place pour que mes semis puissent sortir.

Erreur ! Bien que mes semis soient sortis, le mauvais temps cumulé au paillage ont également permis aux escargot et limaces d’y trouver un superbe garde-manger. En effet, le paillage leur permet de se mettre à l’abris et d’éviter les coups de chaleur. J’ai donc rapidement perdu une partie de ma production et retirer le paillage aux endroits où mes plants étaient encore trop fragiles.

Ce n’est qu’une fois le mauvais temps parti et mes plants plus grands que j’ai de nouveau couvert la terre. L’année prochaine je ferais bien plus attention à la météo et je ne commencerai le paillage qu’une fois que les beaux jours pointeront le bout de leur nez.

Laitues potager permaculture

Pour ma part j’utilise uniquement de l’herbe séchée (tonte) comme paillage.

La serre : véritable atout

Étant actuellement en location et ayant une petite partie de mon jardin alloué au potager, je ne pouvais pas investir dans une serre de trop grande taille. J’ai dans un premier temps pensé à en réaliser une par mes propres moyens mais recherchant une solution temporaire j’ai finalement fait le choix d’acheter une serre … Lidl.

C’est loin d’être l’achat le plus éthique mais c’est celui qui répondait le mieux à mon besoin de par sa taille (1m40 x 1m40 x 2m) et son prix (55 €). Lorsque j’aurai un terrain plus grand j’opterai très certainement soit pour une serre Made in France, soit pour une fabrication artisanale !

Serre potager

Bien que low cost, cette serre m’a permis d’avoir de bien meilleurs résultats dans la germination de mes semis. Si la place vous le permet je vous recommande donc d’en acheter ou d’en fabriquer une. Elle me permet également de faire pousser quelques plants nécessitant de grosses chaleurs comme les melons et les pastèques.

Les récoltes

Concernant mes tomates, j’ai fait le choix de laisser en place les repousses naturelles de tomates. Quelle erreur ! Bien que je savais qu’il s’agissait d’hybride F1, je me suis dit que, sur le grand nombres de plants, certains arriveraient à m’offrir des tomates correctes.  Au final, une 10ène de plants m’ont donné moins de fruits que mes 3 plants semés. Moralité, si vous choisissez des graines hybrides F1, ne perdez pas votre temps avec les repousses naturelles.

Cerises au potager naturel

Du côté des belles surprises, cette année fût l’abondance des courgettes et les laitues ont également bien poussées. De même pour les haricots qui m’ont donné une récolte honorable pour la faible quantité de graines que j’ai semé.

Mes premiers essais de variétés anciennes de melons et de tomates sont encourageants et les récoltes m’ont permis de récupérer une belle quantité de graines pour les futures années.

Récoltes Potager Naturel

La récolte en pomme de terre était, quant-à-elle, assez faible et décevante mais je m’y attendais.

Un second article arrivera prochainement dans lequel je vous parlerai de mon potager d’hiver !

Nous avons le pouvoir de changer le monde, qu’attendons-nous ?

Une remarque, une question ? Laisse nous un message !

Laisse-nous un petit message !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + six =

Aucun mot doux :(

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article, sois le premier !