Publicité – Nous croyons en leurs valeurs

Bannière Aurore Market

L’essentiel, et rien d’autre | Fumio Sasaki

Écrit le 23 février 2019 par Carine


l'essentiel et rien d'autre

Le minimalisme me semble être un mode de vie indispensable aujourd’hui pour cesser de vivre à crédit. A crédit de temps, à crédit de ressources, à crédit financier. Je cherche quotidiennement de nouvelles sources de réflexion (livres, vidéos) car un mode de vie ne s’applique pas, il se travaille toute une vie et évolue au fil du temps, des découvertes, des rencontres et des réflexions.

Aujourd’hui, c’est le livre « L’Essentiel, et rien d’autre. Ou comment le minimalisme peut vous rendre heureux » de Fumio Sasaki que j’ai lu. Il vit au Japon et s’est rapproché du mode de vie traditionnel des japonnais. C’est ce qui m’a intrigué : je trouve que le mode de vie traditionnel japonnais est une excellente image pour le minimalisme, je souhaitais donc, à travers ce livre, découvrir la vie traditionnelle des japonnais, revisité avec la technologie d’aujourd’hui. Fumio Sasaki était un maximaliste qui conservait tout : une grande bibliothèque, des tas de CD et DVD, des appareils photos à collectionner, une chambre noire pour développer ses photos (!). Le tout dans un 30m² ! C’est après une belle prise de conscience, face à son manque de contrôle sur sa propre vie, qu’il a décidé de se délester des objets.

Dans son livre, il définit en premier lieu le minimalisme et son essor puis les raisons qui nous pousse à accumuler, nos habitudes et nos désirs. Dans le chapitre 3, il présente 55 règles et techniques de base pour réduire ses possessions puis enchaîne avec son expérience. Le livre s’achève sur les bien faits de ce mode de vie, par des données scientifiques et par son vécu.

J’ai acheté ce livre d’occasion (~15€ TBE). Vous pouvez également vous le procurer d’occasion via Rakuten ou en l’emprunter dans une bibliothèque. Le savoir se partage 🙂

 

Mon avis sur ce livre

Tout d’abord, le livre est bien conçu dans ces chapitres et bien écrit. Il se lit facilement, et n’est pas prise de tête.

J’ai beaucoup apprécié les quelques premières pages illustrées afin de montrer les différents niveaux de minimalisme ainsi que son avancé personnel (maximaliste > minimaliste). Cela illustre parfaitement ce mode de vie et les objectifs de ce choix.

Le premier chapitre définit la simplicité volontaire, et j’ai trouvé dans sa définition, un excellent résumé de ce que nous pouvons trouver dans d’autres sources. Tout au long du livre, l’auteur complète ses théories et expériences sur d’autres personnes (notamment des personnalités connues, ou d’autres écrivains).

« On devient minimaliste pour des raisons diverses et variées. Certains se rendent compte qu’ils ont perdu le contrôle de leur vie à cause de ce qu’ils possèdent. D’autres nagent dans l’opulence mais sont restés malheureux en dépit de tout ce qu’ils ont accumulé. Certains se séparent de leurs affaires pour tenter de mettre fin à une dépression. D’autres encore sont victimes d’une catastrophe naturelle qui renouvelle totalement leur façon de voir la vie. » p.27

 

On enchaîne ensuite la lecture avec les raisons qui nous font accumuler et qui nous freine à jeter. On retrouve notamment sa réflexion à toujours vouloir plus. En devenant minimaliste il s’est rendu compte qu’il avait déjà tout ce qu’il voulait mais qu’il ne s’en satisfaisait jamais, notamment en raison de la comparaison aux autres et au phénomène de lassitude qui nous concerne tous. Il nous prouve aussi, par des moyens simples que la valeur d’un objet n’est pas proportionnel au bonheur/au confort qu’il nous apporte. Il y a une limite et par conséquent : l’argent ne fait pas le bonheur. Alors, Fumio Sasaki a cherché ailleurs !

A travers les chapitres, l’auteur aborde un vaste champ de sujets, qui s’enchaînent intelligemment. La lecture est facile, pas prise de tête. Les chapitres sont courts, on peut facilement lire un petit peu, puis faire autre chose et revenir ensuite, sans chercher sa page. Personnellement, j’ai lu le livre entièrement en 1 jour ! J’ai trouvé le tout intéressant, complet, humble. Fumio Sasaki montre son parcours, sans honte ni arrogance. Il invite les lecteurs à entreprendre le même parcours, pour se découvrir et être soi (et non pas celui que les autres attendent de nous) à travers 55 conseils (+15 pour aller plus loin).

L’un de mes passages préférés c’est lorsqu’il compare notre cerveau au disque dur d’un ordinateur, dont la capacité de stockage n’est pas suffisante pour sauvegarder toutes les informations qu’il perçoit dans une journée :

« La vieille machine que nous sommes n’est pas près de changer, alors il n’y a qu’une solution : la débarrasser de toutes les données inutiles. Plutôt que d’essayer d’ajouter toujours plus, au risque de manquer d’espace digne et de s’épuiser, je pense qu’il est temps d’envisager la démarche inverse : soustraire et affiner de façon à retrouver les choses essentielles ensevelies sous le superflu. »

Sur ces belles paroles, je vous conseille vivement la lecture du livre (à emprunter ou à acheter d’occasion 🙂 ).

N’hésitez pas à nous laisser votre avis en commentaire !

 

Une remarque, une question ? Laisse nous un message !

Laisse-nous un petit message !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 1 =

Aucun mot doux :(

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article, sois le premier !