Publicité – Nous croyons en leurs valeurs

Bannière Aurore Market

Au coeur de la permaculture | Xavier Mathias

Écrit le 22 février 2019 par Fabien


au coeur de la permaculture

Est-il vraiment nécessaire de vous présenter Xavier Mathias ? Si vous vous intéressez à la permaculture, il y a de forte chance que vous ayez déjà vu cette vidéo, lu des articles le concernant ou vu l’excellent reportage « On a 20 ans pour changer le monde« .

Pour le présenter rapidement, Xavier Mathias est un maraîcher bio, producteur de semences et formateur à « Ferme d’avenir ». Il a écrit plusieurs autres livres comme « Légumes vivaces pour un potager perpétuel », « Le temps du potager : De la culture bio à la permaculture » (dont je vous parlerai bientôt) ou encore « Le traité Rustica des variétés potagères ».

Ce livre m’a été offert et était, comme je le souhaitais, d’occasion. Vous pouvez le retrouver sur Rakuten.

Mon avis sur ce livre

Il est dans un premier temps difficile de savoir le contenu du livre uniquement à travers son titre mais celui-ci devient explicite par la suite. Dans ce livre Xavier Mathias parle de la permaculture au sens global et pas seulement du potager. Il donne son point de vue sur l’agriculture industrielle, sur la mode de la permaculture et toutes les dérives que cela entraînent (agro-écologie, les butes potagères …) ainsi que sur l’abus du terme « permaculture ».  Bien que vous ne serez sans doute, comme je l’ai été, pas toujours d’accord avec son point de vue, parfois extrême, il permet de se poser les bonnes questions sur la permaculture et de rappeler ses fondamentaux : Agir dans le respect la nature, du monde animal et de l’humain.

Dans ce livre l’auteur nous parle notamment de l’importance du design en permaculture et de la nécessité de prendre conscience de son impact sur l’environnement avant d’attaquer un chantier. Retirer une dalle de béton pour redonner de la vie est, certes, une excellente chose mais cela aura un impact négatif immédiat sur la vie qui s’est formée autour de cette dalle de béton qui servait sans doute d’abris pour de nombreux organismes vivants. Via cet exemple assez extrême (bien sûr qu’il faut la retirer si elle n’a plus d’utilité) il insiste sur le fait que chaque fois que l’homme intervient, il y a un impact sur la nature qui avait trouvé son équilibre et qu’il est donc important de n’intervenir que lorsque cela est nécessaire et lorsque qu’il y aura un impact positif sur le long terme.

Il est également, beaucoup, question de calories dans ce livre. Jardiner en permaculture (comme les autres méthodes de jardinage) consiste à produire des calories et pour que cette production soit bénéfique, elle doit être supérieure aux calories de l’on consomme. Ainsi, dès lors que l’on utilise un tracteur, un motoculteur… qui consomme une quantité folle de calories, il est difficile d’avoir un ratio positif et donc un effet agradant sur l’environnement.

Il parle, également, des méthodes de chauffage et il y a un passage que j’ai particulièrement trouvé intéressant à propos des chaudières à granulés, pourtant vendu comme étant les plus écologiques.

« Jamais en veine d’une idée fumeuse, les Achéssiens conçurent un projet fabuleux […], le poêle à granulés. Il suffisait effectivement d’y penser. Tout d’abord, électrifier les poêles pour ajouter de l’électronique afin qu’ils démarrent tout seuls et soient réglables. Ensuite, avec d’énormes machines Diesel ou alimentées en 380 vols, réduire et compresser le bois en petits bouchons qui seront transportés par camions, livrés dans des magasins ou des points de dépôts, parfois mis en sac ou laissés en vrac, mais toujours repris par des camions ou des voitures pour enfin arriver chez l’heureux propriétaire dudit poêle, qui pourra enfin se chauffer écologiquement. »

Je pense que tout est dit !

Je ne vais pas vous gâcher le plaisir de la découverte de ce livre que je vous recommande fortement et termine donc cet article en vous donnant le sommaire :

  • L’heure des bilans, de l’agriculture à la permaculture
  • A la conquête du huitième continent, premières approches de la permaculture
  • Apprendre de la permaculture, une chanson de geste
  • Alors, c’est ça, la permaculture ?
  • Être et faire

Le seul point négatif que je peux lui reprocher concerne la tournure de certaines phrases, parfois compliquée, et les quelques fautes de frappes passées entre les mails du filet.

Si vous avez eu l’occasion de lire ce livre, n’hésitez pas à nous laisser votre avis en commentaire 🙂

Nous avons le pouvoir de changer le monde, qu’attendons-nous ?

Une remarque, une question ? Laisse nous un message !

Laisse-nous un petit message !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept + 3 =

Aucun mot doux :(

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article, sois le premier !