Publicité – Nous croyons en leurs valeurs

Bannière Aurore Market

Élever ses poules et poulets

Écrit le 15 mars 2021 par Fabien


Lorsque l’on vise un projet d’autonomie (partiel ou complet) on en vient souvent à se tourner vers de l’élevage de volailles que ce soit pour les oeufs ou pour la chair.

Nous élevons depuis 2 ans, pour notre consommation personnelle, des poules pondeuses et de chair dans un enclos de 8 m x 12 m.

Je souhaite partager avec vous notre expérience à travers cet article et, pourquoi pas, vous donner envie d’en adopter !

L’élevage de poules pondeuses et de chair

Le parc à poules

C’est bien souvent par là que l’on débute. L’élevage de poules pondeuses est simple mais pour le respect et le bien être des animaux je pense qu’il est important de pouvoir leur offrir un parc extérieur d’au moins 4 m x 2 m pour deux poules.

Concernant le parc, je vous recommande de mettre un grillage d’au moins 1 m 50 de haut, sauf si vous prévoyez de couper les plumes (et non les ailes, rassurez vous elles ne sentent rien) de vos volailles. Pour notre part, nous avons opté pour un grillage de 2 m et, bien nous en a pris, car nous avons installé cette année un filet de volière pour limiter les risques de grippe aviaire.

Lors des périodes à risque de grippe aviaire (période de migration des oiseaux sauvage) et si vous êtes en zone a risque, vous pouvez également confiner vos volailles en intérieur. Mais je ne me voyais pas les laisser enfermer, d’où le choix du filet.

Combien de poules ?

Nous avons donc depuis 2 ans 3 poules pondeuses : 2 rousses et 1 Sussex. Pour deux personnes nous trouvons cela suffisant. Durant l’été, nous avons même trop d’œufs mais c’est durant les premières années que les poules pondent le plus. L’hiver par contre, et durant plusieurs semaines, il est fréquent que nous n’ayons aucun œuf.

Cette année nous avons eu au total 15 poulets cou-nus répartis en deux lots : 5 puis 10.

Où les acheter ?

Comme pour beaucoup d’animaux, je vous recommande de ne pas les prendre en animalerie tout simplement car vous allez les payer plein pot. Il existe de nombreux revendeurs sur Le Bon Coin à des prix très abordables. En dehors des grandes villes ont en trouve aussi facilement sur les marchés.

Nos deux poules pondeuses rousses proviennent en direct d’un élevage, de même que nos poulets cou-nus. La poule Sussex provient également d’un élevage mais a été achetée sur un marché.

Qu’en est-il des maladies et blessures ?

Nous n’avons durant ces deux ans pas rencontré de soucis particulier, quelques petites blessures sans gravité mais aucune attaque de poux rouges malgré un poulailler en bois (un bac de terre de diatomée est à disposition des poules et nous en saupoudrons régulièrement dans le poulailler).

La terre de diatomée est une solution naturelle très efficace dans la lutte contre les poux rouge, véritable fléaux pour nos volailles.

Les prédateurs

Bien que nous ayons connaissance de la présence de prédateurs proche de chez nous (principalement des renards) nous n’avons eu actuellement aucune perte.

Nous n’avons pas pris de précautions particulières cependant la présence du chien et le grillage de 2 m semblent actuellement suffisants. Nous ne fermons pas le poulailler tous les soirs mais en cas d’attaques proches nous investirons alors dans un système de fermeture automatique.

L’alimentation

L’alimentation principale de nos poules est le blé à 70% ainsi que le maïs à 30%. Outre ces deux ingrédients nous leur donnons de temps en temps du pain (humide, elles préfèrent) et elles se nourrissent également des insectes qu’elles trouvent dans la terre.

Nous limitons nos achats en magasin et privilégions l’achat de nos grains auprès d’agriculteurs voisins. C’est bon pour le porte monnaie, l’économie locale et les relations de voisinage. Il en va de même pour la paille.

L’abattage

On en vient au sujet sensible : l’abattage des poulets de chair.

Notre premier lot de poulets a été tué, plumé et vidé chez nous par un ami mais cela demande du temps et sans outil ce n’est pas l’idéal. Nous voulions cependant le faire au moins une fois pour assumer nos choix de consommation de A à Z.

Pour le second lot et les prochains nous les faisons abattre chez un autre ami qui est équipé.

Le fait de faire son propre élevage nous met face à la réalité des choses et, bien que la qualité de la viande soit tout autre et le respect de l’animal pris en compte, cela nous pousse à diminuer notre consommation de viande.

Notre élevage de volailles en 2021

Nous n’avons pas prévu d’évolution du côté des poules pondeuses que nous devrions garder au moins 5 ans. Loin de nous la volonté de changer de poules pondeuses chaque année.

Concernant les poulets de chair nous devrions repartir sur deux lots de 10, peux être en mixant poulet cou-nus et poulets de Bresse.

L’élevage de quelques cailles ou chapons n’est également pas exclu, auquel cas nous réduirons probablement le nombre de poulets.

Nous avons le pouvoir de changer le monde, qu’attendons-nous ?

Une remarque, une question ? Laisse nous un message !

Laisse-nous un petit message !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf + onze =

Aucun mot doux :(

Il n'y a pas encore de commentaire sur cet article, sois le premier !