UFC – QUE CHOISIR | Interview

Écrit le 1 février 2017 par Aurélie

Abonnée au magazine « Que Choisir » depuis maintenant deux ans, j’ai souhaité en apprendre davantage sur l’association UFC Que Choisir.

Les informations présentes ci-dessous sont issues de « l’interview » téléphonique que j’ai réalisée auprès de la directrice adjointe à l’action politique d’UFC Que Choisir. Certaines données ont été complétées par des informations issues de leur site Internet.

Présentation de l’UFC  – Que Choisir

Qu’est-ce que l’UFC – Que Choisir  ?

C’est la plus ancienne association de consommateurs française. Créée en 1951, l’UFC (L’union Fédérale des Consommateurs) est au service des consommateurs pour les informer, les conseiller et les défendre.

De nombreux services et outils sont ainsi proposés :

  • des comparateurs de produits,
  • des guides d’achats
  • des tests de produits afin de vous aider dans vos choix de consommation,
  • des rappels sur des produits dangereux.

Toutes ces données sont basées sur des enquêtes de terrain, des dossiers d’investigation mais aussi des combats judiciaires.

Qu’est ce qui a été à l’origine de sa création ?

C’est sûrement l’époque actuelle avec l’émergence de la société de consommation, le besoin de la part du citoyen d’avoir des éléments d’informations et d’avoir un contre-pouvoir indépendant.

Combien de personnes œuvrent pour l’UFC Que Choisir ?

L’association compte :

  • 130 salariés à la Fédération
  • Environ 130 salariés dans les associations locales réparties sur le territoire.
  • Plus de 4200 bénévoles.

L’UFC est présent en France métropolitaine et dans les départements d’outre-mer.

Quelles sont meilleures actions menées ?

Il y en a eu plusieurs mais nous pouvons retenir :

  • l’appel au boycott du veau aux hormones en 1980,
  • la facturation à la seconde des téléphones portables,
  • la tarification du parking au quart d’heure plutôt qu’à l’heure,
  • les campagnes auprès des fournisseurs d’électricité et de gaz afin de sécuriser les contrats et de réduire les tarifs.

Parmi celles menées actuellement, il y a :

En effet, « […] l’Association demande aux Pouvoirs Publics : (1) Une réforme en profondeur de la politique agricole de l’eau, par une véritable mise en œuvre du principe ‘pollueur – payeur’ dans le calcul des redevances de l’eau, au moyen d’une augmentation de la taxation des pesticides et des engrais azotés et par un soutien financier aux agricultures biologiques et intégrées, (2) un audit national des composants toxiques des canalisations pour estimer le niveau d’exposition des consommateurs et, dans le cas du plomb, une aide aux particuliers pour le remplacement de leurs canalisations ».

que choisir

Il existe différents moyens de vous soutenir (les dons, les abonnements…). J’ai remarqué qu’on pouvait aussi être adhérent. En quoi cela consiste-il ?

L’adhérent peut s’investir dans l’association en passant par une des associations locale. Il y a plus de 140 000 adhérents dont certains qui vont s’investir en tant que bénévoles sur différentes missions :

  • accueillir et renseigner selon les litiges,
  • faire de la communication,
  • avoir un rôle de contre-pouvoir et un rôle de militant,
  • réaliser des enquêtes sur le terrain,
  • représenter les consommateurs dans les dialogues civils.

L’objectif final étant toujours d’informer, de conseiller et de défendre les consommateurs.

Tout consommateur peut facilement entrer en contact avec l’une des 350 associations locales en se rendant sur le site : https://www.quechoisir.org/adherer/dpt.php

En cas de litige le consommateur peut-il recevoir un appui gratuit dans une association locale ?

Pour pouvoir répondre aux demandes des consommateurs ceux-ci doivent adhérer, c’est-à-dire devenir membre de l’UFC. C’est la loi de 1971 qui encadre les activités juridiques et qui obligent les citoyens à être membre de l’organisme pour accéder aux conseils juridiques. Par conséquent un consommateur non adhérent aura des informations mais il n’aura pas accès à un appui juridique.

Le but est d’aider la personne à aboutir à une solution amiable afin d’éviter toute procédure judiciaire.

Réalisez-vous les tests de produits en interne ou auprès d’organismes / laboratoires indépendants ?

Une équipe d’ingénieur travaille en interne sur la méthodologie de l’étude. Les tests sont ensuite réalisés en laboratoires indépendants.

Des partenariats sont créés avec les homologues étrangers afin de réduire les coûts de production et de pouvoir partager les analyses.

60 millions de consommateurs est-il le principal « concurrent » ?

Ce n’est pas un concourent car « 60 millions de consommateurs » n’est pas indépendant et n’est pas une association. Il dépend, en effet, de l’Institut National de la Consommation (INC) qui est placé sous la tutelle du ministre chargé de la consommation. En d’autres termes, il provient d’un organisme public alors que l’UFC Que Choisir est une association privée.

Mon avis

Je trouve la revue « Que Choisir » très riche en informations, toutes les parties sont utiles et les tests intéressants. Je préfère leurs revues à celles de 60 millions de consommateurs car je trouve le contenu plus pertinent.

J’apprécie beaucoup les études qu’ils mènent et qui permettent de faire avancer les choses. Vous retrouverez d’ailleurs sur leur site (pour les abonnées) différents comparateurs (gaz/électricité, mutuelles, fournisseurs d’accès à internet…), la carte des maisons de retraites et celle des prix et des supermarchés.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de me rapprocher d’une association locale, du coup je ne peux vous en parler. Mais je compte prochainement m’y rendre pour en savoir plus.

Je remercie en tout cas l’UFC de bien m’avoir accordé un peu de leur temps pour répondre à mes questions.

Source :

https://www.quechoisir.org/page-ufc-que-choisir-qui-sommes-nous-n14333/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité anti-spam *