Economie circulaire

Écrit le 1 août 2016 par Carine économie circulaire

L’ère de l’industriel nous a fait entrer dans une dimension de la surconsommation et du gaspillage. La Terre est remplie de déchets qui mettront des milliers d’années à disparaître, et pendant toutes ces années, nos déchets vont intoxiquer les espèces, faunes ou flores, marines ou terrestres : ces mêmes êtres vivants qui nous alimentent. En fin de compte, nous nous intoxiquons à travers nos déchets. Il ne s’agit plus d’agir pour les générations futures car nous sommes déjà cette génération. Il faut donc agir pour nous-même, pour notre génération et ces actions auront des répercussions pour les générations futures. Nous vivons dans un monde merveilleux que nous transformons en déchetterie. L’économie circulaire est une solution viable pour l’environnement et pour nous.

L’accumulation des déchets : un compte à rebours est lancé

L’Homme a réussi à créer un nouveau continent : un continent de déchets industriels. L’océan est immense, mais les courants marins sont là pour nous ramener à la réalité. Un déchet jeté à la mer ou par terre n’est « qu’un déchet » après tout. Comment pourrions nous croire que cela pourrait changer la donne ? Sauf que la réalité est là. Si chaque humain jette un déchet par jour pendant 1 an, cela donne 2 555 000 000 000 de déchets jetés à la mer. Et non, vous ne louchez pas. De plus, puisqu’il faut des centaines voir des milliers d’années pour qu’un déchet se décompose, je vous laisse imaginer la quantité de déchets dans l’océan.

7e continent, un continent de déchets

7e continent, un continent de déchets | Source : sudouest.fr

Bien entendu, à tout cela, il faut ajouter les tonnes de quantité qu’on envoie dans nos décharges et la quantité toujours plus importante que nous brûlons, produisant une pollution de l’air… Quoi que nous fassions, des déchets sont des déchets. Ils sont toxiques et représentent également une perte considérable de métaux.

« Alors il faudrait consommer toujours moins et perdre de notre confort de vie ? »

La décroissance, ou du moins le fait de consommer que ce dont nous avons besoin, est une solution à la réduction des déchets, mais il n’en existe pas qu’une. La combinaison de l’ensemble des solutions nous apporteraient à la fois un confort de vie agréable et une consommation raisonnée. Cependant, celle que je vais vous présenter ne demande aucun compromit de notre part.

De l’économie linéaire à l’économie circulaire

L’économie linéaire : l’épuisement d’une surconsommation irresponsable

Le principe de l’économie linéaire est très simple : extraire, produire, consommer, jeter.

Ce principe repose sur le fait que nous disposons de ressources infinies. Deux problèmes sont facilement identifiables :

  • Qui dit ressources infinies dit déchets illimités. Souhaitons-nous vivre dans une décharge, avec les conditions de vie pitoyable et les maladies ? La réponse est bien entendue non. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle un système de gestion des déchets avaient été mis en place.
  • Nos ressources s’amenuisent. Il s’agit donc d’une économie condamnée à mort, et la sentence est proche.

Face à ce constat n’existe-t-il pas un autre moyen ? Et si au lieu de produire des déchets, nous réutilisions avant de jeter ? Et si avant de jeter, nous réutilisions les matériaux pour produire un nouveau produit tout neuf ? Une utopie ? Pas tant que ça…

L’économie circulaire : un nouveau souffle pour l’environnement

L’économie circulaire vise à réduire notre empreinte sur l’environnement par la réutilisation des matériaux et la valorisation des déchets. Dans l’économie circulaire, on retrouve 3 grandes catégories : la réparation, la réusinage et le recyclage (les 3R ? 🙂 )

De l'économie linéaire à l'économie circulaire

Paul Lanoie, Daniel Normandin, « L’économie circulaire », Gestion 2015/3 (Vol. 40), p. 90-95

Réparation

Tout d’abord, dans une économie circulaire, on va tenter de réparer le produit afin d’allonger sa durée de vie. Pour cela, plusieurs critères :

  • La fin de l’obsolescence programmée
  • Une maintenance plus soutenue et si besoin une réparation
  • Une économie de fonctionnalité (le fait de vendre l’usage d’un bien et non pas le bien lui-même. En quelque sorte, une location d’un produit accompagnée d’un service)
  • Une consommation plus responsable (ne pas jeter s’il peut être réparé)
  • La revente/le réemploi (vous n’en voulez plus, alors revendez-le d’occasion)

Mais au bout d’un moment, on peut facilement imaginer que le produit deviendra obsolète en raison d’une technologie plus avancée ou bien tout simplement que le produit aura été tellement utilisé, qu’il ne pourra plus être réparé. Cependant, une nouvelle fois, le produit ne va pas directement rejoindre le 7e continent 🙂

Réusinage (UpCycling)

« Mon vieux meuble en bois est tout abîmé, personne n’en voudra, autant l’amener à la déchetterie. »

Hop hop hop ! Attendez quelques secondes, le bois est l’une des matières les plus réutilisables. Pourquoi ne pas récupérer les planches encore en bon état ? Et les planches en mauvais état on pourrait toujours s’en servir pour autre chose. Pourquoi pas pour une cheminée ? Ou bien peut-être plus une sculpture ? Il s’agit là de l’upcycling, c’est-à-dire de valoriser un objet qui n’a plus de valeur, en le transformant pour créer un nouveau objet. L’upcycling fait partie de l’économie circulaire étant donné qu’il participe à la réduction des déchets et à la valorisation des produits en fin de vie.

Pareil pour le verre ou les métaux, tout est réutilisable. On peut les refondre, les remodeler à notre envie et à nos besoins sans pour autant diminuer la qualité.

Et étonnamment, le plastique aussi a une seconde vie ! Le plastique peut être réutilisé pour créer des luminaires ou des sacs, vêtements et bijoux. Les possibilités sont immenses et quasi infinies.

Quand le matériau est trop usé pour être réutilisé, alors il n’y a plus qu’une option, le recyclage !

Recyclage

Le recyclage permet notamment de réduire la pollution de l’air et de l’eau et de préserver les ressources naturelles étant donné que nous utiliserons des matériaux recyclés plutôt que d’en extraire de nouveau. Le recyclage est l’une des facettes importantes de l’économie circulaire, et il devrait être la dernière étape d’un matériau. En effet tous les métaux qui ne peuvent être recyclés ne devrait pas être vendus, et ainsi, nous réduirions considérablement notre empreinte écologique. Un matériau qui aurait précédemment été utilisé que sur un an pourrait désormais être réutilisé pendant cent ans grâce à cette économie circulaire. A chaque étape, il y aura très certainement des résidus qui se transformeront en déchets, mais réduire nos déchets sera déjà une excellente étape pour la préservation de l’environnement. De plus, si nous utilisons des matériaux biodégradables, il est fort probable que ce matériau soit décomposé avant qu’un nouveau le rejoigne.

Nous sommes aujourd’hui très nombreux à participer à ce système de recyclage en triant nos déchets (et j’espère que toi aussi derrière ton écran tu le fais 🙂 ). Ces gestes du quotidien permettent de procéder à un traitement de l’ensemble des matériaux pour ensuite les réintroduire dans le cycle de production d’un produit. Le procédé le plus connu reste le verre, car il suffit de le faire fondre pour le réutiliser, mais c’est pareil pour la plupart des métaux (cuivre, fer, or, …)

 

En conclusion…

L’économie linéaire n’est pas viable sur le long terme et on aperçoit déjà un essoufflement. L’économie circulaire pourrait être une excellente alternative mais celle-ci à besoin d’acteurs, que ce soit des entreprises ou des particuliers. Alors, seras-tu un consommateur ou un consom’acteur ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité anti-spam *