Résultats de notre enquête sur les achats en vrac | Questionnaire

Écrit le 15 novembre 2016 par Aurélie

En septembre 2016, nous avons réalisé une enquête sous forme d’un questionnaire que nous avons laissé en libre accès durant deux semaines. Il est temps pour nous de vous présenter la démarche méthodologique et notre synthèse des résultats. Vous trouverez dans les deux PDF joints le questionnaire vierge et une analyse plus complète des réponses.

Afin d’enrichir le questionnaire nous avons trois questions supplémentaires. Merci !

Nous remercions tous les participants !

DÉMARCHES MÉTHODOLOGIQUES

Objectifs du questionnaire

L’objectif principal du questionnaire est de déterminer les besoins des consommateurs envers les épiceries de vente en vrac.

Il est découpé en sous-objectifs permettant d’identifier :

  • les journées et les heures d’ouverture. Cela nous permettra, par exemple, d’identifier les jours préférés des consommateurs pour faire leurs courses et savoir s’il est nécessaire d’ouvrir le dimanche. Le principe est le même au niveau des horaires
  • leur mobilité pour se rendre en magasin. Nous saurons ainsi s’il est préférable de privilégier un local proche des axes de transports ou avec un accès à un parking
  • le type de magasin qu’ils fréquentent le plus afin de connaître leurs motivations à se rendre dans tel ou tel magasin et le panier moyen par passage en caisse.
  • leurs raisons pour ne pas se rendre dans l’épicerie de vente en vrac à proximité de chez eux.
  • leurs critères d’achat : la qualité gustative du produit, le prix, la production locale, biologique ou équitable, ou encore la nécessité d’afficher certaines informations sur les produits vendus en vrac.
  • les produits vendus en vrac les plus convoités (alimentaires et non alimentaires) pour avoir une offre variée.
  • les potentiels points négatifs de la vente en vrac afin de pouvoir y remédier.
  • leur intérêt pour la mise en place de différents services comme un système de consigne, une machine à jus d’orange, un service d’achat par internet avec retrait en magasin ou encore une réflexion autour de la pesée.

Par ailleurs, ce questionnaire nous permettra de connaître le meilleur axe de communication pour une ouverture de magasin.

Taux de retour

Nous avons eu plus de cinq cent retours et nous avons décidé de prendre en compte seulement les réponses des personnes étant allées jusqu’au bout du questionnaire. Ainsi, nous avons quatre cent trois participants.

ANALYSE DU QUESTIONNAIRE

Identité des participants

Au niveau des participants, il y a une grande majorité de femme (près de 95%). La plupart des réponses proviennent des Régions “Ile de France”, “Auvergne-Rhône-Alpes”, “Pays de la Loire” et “Nouvelle Aquitaine”. 52.75% ont entre 31 et 50 ans et 42.5% moins de 30 ans.

Les habitudes d’achat

Les jours et les horaires

D’une manière générale, c’est-à-dire sans tenir compte de spécificités liées à une région ou à une ville particulière, nous pouvons en conclure qu’il n’est pas utile d’ouvrir le dimanche (car seulement 17% des réponses) et que les horaires d’ouvertures répondant le plus à la demande seraient de 10h00 à 13h00 et de 16h00 à 19h30.heures

Le mode de déplacement

Il semble important d’avoir un parking à disposition pour accueillir les clients (73% des réponses montrent un intérêt pour la voiture). Cette prédominance pour la voiture peut s’expliquer par le fait que la vente en vrac peut nécessiter d’apporter ses propres contenants ce qui peut alourdir le poids des courses. On peut également supposer que les conducteurs sont des ruraux et qu’ils ont donc besoin de la voiture pour se déplacer plus facilement.

Lieu de prédilection des courses

Près de 40% des participants réalisent principalement leurs courses dans des magasins de produits biologiques, 30% dans des hypermarchés/supermarchés, près de 15% se tournent vers les marchés, 10% vers le drive et 7,44% font leurs courses en épicerie

Raisons de ce lieu pour faire les courses

Nous relevons un intérêt pour l’achat de produits de qualité (bio, locaux…), une convivialité avec les vendeurs, une proximité avec le lieu d’habitation, une réduction des emballages, la rapidité des achats, un large choix de produits et des prix avantageux.

magasins

Le montant moyen d’achat à chaque passage en caisse selon le type de magasin

Au regard des résultats le panier moyen dépend du type de magasin. Toutefois, dans plus de 72% des cas le panier moyen se situe entre 31 et 100€. Nous remarquons également que le panier moyen le plus faible se situe au marché (une majorité de paniers à moins de 30€ et une absence de panier à plus de 100€) et le panier moyen le plus élevé concerne la vente par internet (73% des achats sont supérieurs à 70€).

Les critères de préférence d’achat selon le type de magasin

Nous notons que le commerce équitable n’est pas une préférence d’achat et qu’il y a un attrait majeur pour la production locale et les produits biologiques.

pref-achat

Le vrac, plus pour réduire les déchets ou acheter la juste quantité ?

Sur une ligne de 0 à 100, 0 étant la réduction des emballages qui intéresse les consommateurs et 100 le fait de pouvoir acheter la juste quantité, la moyenne se situe à 28.77. Ceci signifie que les répondants se rendraient dans des magasins de vente en vrac essentiellement pour réduire leur déchet et non pas pour acheter la juste quantité.

Le vrac

Les produits que les consommateurs préféreraient trouver en vrac

Les produits alimentaires

Nous constatons que les légumineuses, les fruits oléagineux, les fruits et légumes, l’huile, les épices et les fruits secs sont les principaux produits alimentaires que les consommateurs interrogés souhaitent trouver en vrac. A contrario, il y a un intérêt moindre pour  la charcuterie sèche, les produits alimentaires végans, la moutarde, le poisson, les graines à germer, la confiserie, la pâte à tartiner, les produits sans gluten et les surgelés (fruits, sorbet…).

En outre, nous constatons un intérêt pour les produits non raffinés que ce soit pour la farine, le sucre, le riz ou les pâtes ainsi qu’une volonté de pouvoir acheter des produits spécifiques comme des pâtes sans gluten, de la farine de riz ou du chocolat noir à 70% de cacao. La vente en vrac d’alcool n’est pas la plus attendue avec plus d’un tiers de personnes non intéressées.

Les produits non alimentaires

Le bicarbonate de soude, le vinaigre blanc, les produits d’hygiènes corporelle et les ingrédients pour les confectionner, le savoir noir, le papier toilette, le liquide vaisselle et la lessive sont recherchés par plus de 50% de nos panélistes.

produits-non-alim

Les freins

Les freins potentiels à faire ses courses dans des magasins de vente en vrac

Nous constatons qu’il n’y a pas tellement de difficultés pour acheter en vrac et conserver les courses par la suite. Les freins concernent surtout le prix, le manque de diversité et le manque de traçabilité. Ainsi, il semble important de ne pas vendre que des produits vendus en vrac ou seulement des produits biologiques mais de proposer une plus large palette de choix et de prix afin de contenter les consommateurs.

freins

Les services du vrac

Les produits avec emballage en verre

Il y a un intérêt des consommateurs à ne pas trouver seulement du vrac mais également des produits consignés et des produits contenus dans du verre. Ce constat se rapproche de la volonté d’avoir des produits variés.

Les services

Les participants avaient trois choix maximum à faire parmi les huit propositions. Les trois premiers choix sont : un système d’achat par internet et de retrait en magasin (52% des réponses), une épicerie en vrac mobile (50%) et des animations de vente par des producteurs (34%). On retrouve ensuite une machine à moudre le café (26%), une machine à jus d’orange (24%) et un espace café au sein de l’épicerie (15%). 7% des réponses indiquent un désintérêt pour d’autres services.

services

Les contenants

Un quart des interrogés souhaitent tout de même trouver des sachets krafts malgré le fait que cela génère des déchets. Les autres modes de contenants semblent avoir leur importance dans l’épicerie avec plus de 50% de demande.

Informations souhaitées sur les produits

Les participants sont fortement intéressés par des conseils de préparation et conservation ainsi que des informations complémentaires sur les produits. En effet, 12% des réponses montrent une volonté d’avoir accès à une fiche descriptive sur le producteur.

Autres informations

Dans la dernière question (question ouverte non obligatoire), les personnes interrogées ont mis en avant la volonté d’avoir des épiceries sans emballage en campagne ; de développer davantage les produits présents pour ne pas proposer que des produits biologiques et de ne pas se focaliser uniquement sur le vrac mais aussi sur le local.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :
le questionnaire vierge
l’analyse plus complète

Nous remercions tous les participants !


2 commentaires

  • Berthod dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire les résultats de votre questionnaire.
    Je me pose une question : les personnes qui ont répondu sont-elles exclusivement des personnes « zéro déchet » ?
    Savez-vous s’il existe une étude qui quantifie les nombre des consommateurs ZD par rapport à un échantillon global ?

    Merci de votre retour.
    Très cordialement.
    Adeline

    1. Fabien dit :

      Bonjour Adeline,

      En majorité ce sont effectivement des personnes intéressé par le zéro déchet mais tous n’ont pas encore (ou ne souhaitent pas) faire le pas.

      A ma connaissance il n’existe pas encore ce genre d’étude mais le mouvement grandissant rapidement, nul doute que cela finisse par arriver !

      Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sécurité anti-spam *